Cette cathédrale n’est pas dédiée à la religion

Cette cathédrale n’est pas dédiée à la religion

 
ça tortille
ça tortille

Cette cathédrale n’est pas dédiée à la religion, et pourtant on y va avec déférence !

Aujourd’hui, la pluie se calme, alors nos vous emmenons avec nous jusqu’à la fameuse Cathedral Cave, une grotte en V avec deux entrées donc. Là où c’est rigolo, c’est comment ça se passe. Après avoir pris une route qui tortille (comme partout dans ce pays), on entre sur un territoire Maori.

Territoire Maori

la forêt du Maori
la forêt du Maori

Non, plus précisément « propriété privée », laquelle appartient à une personne qui se dit être un Maori. Je ne sais pas comment on peut en être sûr, mais bref, on prend donc cette gravel road pour accéder au gentil parking du gentil maori, et ensuite accéder au sentier qui…. Stop !

Il faut payer mon gars, me dit une femme ci-présente, ajoutant nonchalamment que ça fera 11$ : 5 par adulte et 1 par enfant. Ah oui, vous avez pigé, deux des ados ont préféré ne pas y aller. Pourquoi pas… Bref, on raque gentiment, on nous donne un gentil ticket, et on marche gentiment à la descente de ce sentier qui… Stop !

Mais, attendez, j’ai payé pour traverser un terrain maori, je veux bien. Mais où est le maori ? Non parce que la dame à qui j’ai payé (gentiment) était une véritable caucasienne issue sans aucun doute d’une lointaine famille gentiment grand-bretonne ! Ah, c’est ça l’arnaque ? Bah fallait le dire, nous on venait pas pour le maori au départ, mais plutôt pour prendre ce fameux sentier qui….

la brume traverse la zone et détrempe tout
la brume traverse la zone et détrempe tout

Le sentier qui…

des lumières sinitres éclairent ces bois
des lumières sinistres éclairent ces bois

…Qui descend vers la mer en traversant une forêt lugubre. Mousse, toiles d’araignées, on s’attend à croiser un sorcier-magicien au détour d’un tournant. La brume matinale résiste bien et infiltre les bois pour y transmettre une humidité glacée. Le sentier ruisselle et le sol émet des bruits spongieux sous nos pas. On continue vers le bas, et on commence à entendre l’océan plus fortement.

Comment ça l’océan ?

Bin, l’océan Pacifique, héhé, c’est celui qui trempe les plages de la Nouvelle-Zélande ! Ah, mais je comprends, j’ai oublié de vous dire : la grotte cathédrale est sur la plage, on ne peut y accéder qu’à marée basse !

Mais ce matin, la marée a beau être basse, on a affaire à une brume bien compacte. Tintin et son Île Noire peuvent aller se rhabiller, on n’y voit rien. On devine au loin quelques silhouettes, on se dirige donc vers ce côté là en espérant que ça soit le bon sens pour trouver la grotte.

la plage est noyée dans une brume épaisse
la plage est noyée dans une brume épaisse

A ce moment nous reviennent en tête les paroles fantômatiques de la femme (la pas-maorie, vous vous souvenez ?) : « aftir the descent go lift sux minèts ». Traduction : Après la descente, allez à gauche six minutes. Oui, ici les « è » se prononcent « i », et les « i » deviennent des « û », mais pas toujours. Déjà que c’était en anglais, si en plus on change les voyelles, ça devient cabalistique. Nous progressons donc dans un sable mou et spongieux, le regard à l’affût de toute silhouette.

Le temps s’écoule, chaque minute semble une heure ou presque. Notez que j’ai parlé de brume, pas de brouillard, on y voit donc à 10 ou 20 mètres, c’est encore plus fourbe : on croit voir, mais on est toujours aussi incapable de savoir où on va réellement.

Et puis, tout à coup, on arrive à la cathédrale, et on entre avec déférence.

l'entrée Sud de la grotte-cathédrale
l’entrée Sud de la grotte-cathédrale

Seuls au monde

l'entrée Nord
l’entrée Nord

L’avantage quand il y a une visibilité aussi minable, c’est qu’on a l’impression d’être vraiment tous seuls et ça nous change de la Chine héhé (vous avez compris pourquoi j’ai placé ce flash back juste avant cet article, maintenant). La grotte est, comme souvent dans les pays froids, parcourue d’une brise fraîche et moite, et recouverte d’algues gluantes par endroits. Ce lieu est hautement sinistre. Ce serait plutôt, à mon avis, une cathédrale maudite. Je suppose que le nom n’a été donné que pour faire plus sexy sur les fiches touristiques : ni la forme, ni la sonorité qu’on y entend, ni la hauteur ou le volume n’ont le moindre point commun avec une cathédrale. Mais bon, on a l’impression d’y être tout seul, et ça c’est chouette quand on aime voyager à l’aventure !

Où sommes nous ?
Où sommes nous ?

Pendant la remontée, le soleil arrive à percer un peu entre les nuages. Alors, des rayons apparaissent sur le sentier, et font briller les gouttes d’eau perlant sur les toiles d’araignées.

toiles d'araignées dans la forêt
toiles d’araignées dans la forêt
Audrey devant l'entrée Sud
Audrey devant l’entrée Sud

Plein cap vers le Nord !

Voilà, notre voyage vers le Sud de l’île du Sud se termine donc dans les Catlins, au Sud d’Owaka. Nous allons maintenant retourner vers le Nord, mais en passant par la côte Ouest !

Compliqué ? Retournez voir notre carte du trajet 🙂

 

 

3 réactions au sujet de « Cette cathédrale n’est pas dédiée à la religion »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *