Expédition au Costa Rica en vidéo et en chocolat !

Expédition au Costa Rica en vidéo et en chocolat !


La chance nous sourit puisqu’un excellent Wi-Fi est disponible aujourd’hui, et me permet de vous présenter en vidéo notre trajet en barque à moteur de Moin jusqu’à Tortuguero. Et c’est en effet ici que va commencer notre vraie expédition, tout ça c’était une gentille intro.

Le chocolat pousse ici

Fleur de cacao
Fleur de cacao

Après une petite pause, la chaleur se calme et avec Eve nous allons faire une activité-découverte du chocolat. Plus précisément : il y a une petite plantation de cacao juste à côté, donc on commence par observer les fleurs. Les fruits (les fameuses cabosses) sont tellement gros qu’ils poussent directement sur le tronc et non pas sur les branches.

Les amateurs de bon chocolat savent que le Costa Rica est un producteur de qualité. Hélas il y a eu un champignon agressif qui a détruit la quasi totalité des zones de production, et la mise en route de nouvelles plantations est lente. Avec Eve, nous apprenons à ouvrir la cabosse, à sucer les bonbons comme les petits costaricains. C’est surprenant, ça a le goût d’une mangue au citron, rien à avoir avec du cacao ! Et en effet, car la partie qui nous intéresse est dans les graines bien sûr : ce sont les fameuses fèves de cacao ! Mais cette pulpe blanche acidulée qui est autour est très appréciée ici.

Juste pendant qu’on regardait les cacaoyers, un singe hurleur se balade non loin de nous. On le regarde en douce !

 

Victor nous expliquera (plus tard) pourquoi ils ont les testicules blanches, selon la tradition orale d’ici : ils faisaient trop de bruit et de chahut pendant que le dieu gentil faisait la création du monde, alors il s’est fâché et a déclenché un très gros éclair. Ils se sont protégés les testicules par réflexe, et elles sont donc restées blanches !

Revenons à notre cacao…

Une fois la cabosse ouverte, il faut donc ensuite les nettoyer et les faire sécher plusieurs jours au soleil. On a la chance de pouvoir entrer découvrir tout ça chez une dame qui habite là et qui nous explique tout.

la cabosse de cacao
la cabosse de cacao entière
fèves de cacao en séchage
fèves de cacao en séchage (le soir on les rentre pour éviter l’humidité et surtout les vols)

 

on fait chauffer délicatement les fèves
on fait chauffer délicatement les fèves sur le gaz
Il faut utiliser une espèce de fouet en bois pour obtenir un mélange moussu
Il faut utiliser une espèce de fouet en bois pour obtenir un mélange moussu, c’est très long
Eve goûte le chocolat chaud local, à base de poudre de cacao pure et d'eau bouillie !
Eve goûte le chocolat chaud local, à base de poudre de cacao pure et d’eau bouillie !
On écrase les fèves de cacao sur un support en pierre volcanique
On écrase les fèves de cacao sur un support en pierre volcanique
On tasse la poudre de cacao pure pour faire des petits chocolats compacts
Eve tasse la poudre de cacao pure pour faire des petits chocolats compacts !
deux ados profitent du hamac avant la nuit
deux ados profitent du hamac avant la nuit
coucher de soleil sur la lagune
coucher de soleil sur la lagune
coucher de soleil sur la lagune
coucher de soleil sur la lagune

Début de soirée : on se prépare pour la nocturne !

Oui, vous le saviez puisque je vous l’ai annoncé dès l’article précédent : ce soir, on part en expédition nocturne dans la forêt tropicale. Comme je ne tiens pas à faire subir à Victor les lamentations d’un troupeau d’ados déprimées, elles ont eu le choix de venir ou non. Et je me retrouve donc avec juste Eve qui vient.

Accrochez-vous, ce que vous allez voir dans les prochaines images dépasse tout ce que votre imagination a pu concevoir dans le terrifiant ! Je remets le contexte : nous sommes dans un endroit quasi-inaccessible au cœur de l’Amérique Centrale, et nous allons partir explorer la jungle en pleine nuit.

C’est parti !

première rencontre à l'entrée de la forêt
première rencontre à l’entrée de la forêt

La nuit tombe. On a chacun une lampe pour éclairer notre progression. Les images qui vont suivre sont filmées à la volée, parfois la lumière ne suffit pas et du coup ce n’est pas toujours parfaitement net. Victor nous emmène au bord de l’eau, pour embarquer dans un bateau-taxi de nuit.

Angoisse et épouvante

Le bateau taxi de nuit
Le bateau taxi de nuit, c’est sinistre !
Première rencontre de cette "night walk"
Première rencontre de cette « night walk »
Ce oiseau dort les yeux ouverts
Ce oiseau dort les yeux ouverts
Beaucoup de petits moucherons ont été piégés dans cette toile
Beaucoup de petits moucherons ont été piégés dans cette toile
Petit papillon Ø 2 cm
Petit papillon Ø 2 cm
Arachnide en toile
Arachnide en toile
Sorte de Mante religieuse
Sorte de Mante religieuse
Rencontre discrète...
Rencontre discrète…
Sur le sol aussi, Ø 8 à 10 cm
Sur le sol aussi, Ø 8 à 10 cm
Araignée loup (spider wolf)
Araignée loup (spider wolf)
Une chenille s'accroche à la palme
Une chenille s’accroche à la palme
Grenouille grise
Grenouille grise
Grenouille verte, le symbole de Tortuguero
Grenouille verte, le symbole de Tortuguero
Au début on croit à une feuille !
Au début on croit à une feuille !
Les nombreuses fleurs sont envahies d'arachnides
Les nombreuses fleurs sont envahies d’arachnides
Une sorte de gros cocon à fourmis volantes Ø12-15 cm
Une sorte de gros cocon à fourmis volantes Ø12-15 cm
Quatre ailes transparentes !
Quatre ailes transparentes !
Coup de chance : un paresseux dort juste devant nous !
Coup de chance : un paresseux dort juste devant nous !

Alors bien sûr, pour vous qui regardez ça depuis votre canapé, ça semble facile. Mais n’oubliez pas ce qu’on ne voit pas à l’image : les nuées de moustiques qui vous agressent en permanence (malgré une dose élevée de répulsif de qualité militaire) et des bruits étranges qui arrivent en permanence : craquements de branches, feuilles qui remuent, petit vent soudain qui effraie, racines qui font trébucher… Ceci dit, soyons honnêtes, les moustiques d’ici sont nettement moins virulents que ceux de Sibérie. Mais quoi qu’il en soit, voici en vidéo ce que ça donne :

 

Avec ses griffes, le sloth reste accroché tout en dormant
Avec ses griffes, le sloth reste accroché tout en dormant

Légende des Caraïbes

Il y a une légende tenace qui prétend que dans tous les pays hispanophones, on mange tard le soir. C’est assez vrai en Espagne et en Amérique du Sud, et c’est totalement faux dans les Caraïbes, tout au moins sur le continent (vu qu’on n’a pas visité les îles je n’en sais rien).

Un petit resto encore ouvert !
Un petit resto encore ouvert !

Au Costa Rica, et à Tortuguero en particulier, la nuit tombe vers 17h30/18h, et à 19h30 les restos ferment leurs portes. Alors quand on est revenus de notre aventure nocturne, on s’est retrouvés avec la faim au ventre mais rien à manger. Heureusement, Victor était là, et nous a déniché un petit boui-boui encore ouvert. Merci !

Sinon, il restait ça à manger, il y en a partout !
Sinon, il restait ça à manger, il y en a partout !

J’arrête tout de suite les velléités d’explications du type « ah dans ces pays ils vivent avec le soleil, bla bla bla« . Non, personne ne se couche, c’est juste qu’ils vont sur la place centrale jouer aux dominos et aux cartes (et parier massivement), et pour les autres ils restent scotchés devant la télé dans des rocking-chairs, jusqu’à une heure avancée de la nuit…

Mais c’est pas grave, ça nous convient. Il faut juste être briefé avant, pour ne pas se faire avoir le premier soir.

Allez, nous, on va dormir, car demain on a un autre projet : la visite du parc national, de jour je vous rassure, mais avec tous les effectifs !…

Et il y aura de la bestiole aussi, je vous préviens 😉

8 réactions au sujet de « Expédition au Costa Rica en vidéo et en chocolat ! »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *