Lightning Ridge : la mine d’opales où on est allés

Lightning Ridge : la mine d’opales où on est allés

Je pense avoir été assez clair sur l’arnaque à touristes que constitue Coober Pedy. Non pas qu’on n’y trouve pas de mine d’opales, bien sûr il y en a plein, mais juste que c’est un business complet d’y détrousser le visiteur.

Inversement, Lightning Ridge (aussi bien connu par les amateurs d’opales, vous pouvez vérifier si vous avez du temps à perdre) est une ville tout aussi paumée, même un peu plus je dirais, à la limite entre le Queensland et le NSW, loin à l’intérieur des terres (à peine à 600 km de Sydney — une paille). On y est allés pour passer deux jours, et essayer d’aller dans une mine chercher des opales.

Recherche d'opales en famille (en plein soleil ? non !)
Recherche d’opales en famille (en plein soleil ? non !)

Résultat ?

  • aller dans une mine d’opales : réussi !
  • chercher des opales (fossicking en anglais dans le texte) : réussi !
  • trouver des opales : réussi ! (bon, des toutes petites pas super, mais on en a trouvé)
  • rencontrer et discuter avec un vrai mineur d’opales sans se faire prendre pour un pigeon : réussi !

Et en prime, on a même pu profiter d’une piscine d’eau chaude (à 40-45°C c’est chaud !), gratuite et ouverte à tous. C’est d’ailleurs là que j’ai pu discuter avec le mineur. Je vous raconte : on apprend par hasard en discutant avec une personne du camping où on s’était stationnés, qu’il y a une piscine d’eau naturelle, elle vient sous pression d’une immense réserve à plus de 1200m de profondeur. Avant ça coulait à torrents, mais maintenant ils ont limité le truc à un débit raisonnable (on est passé de 175 L/seconde à 2 L/seconde)

Lightning Ridge : la piscine chaude
Lightning Ridge : la piscine chaude
C'est Eve qui fait les photos ce soir !
C’est Eve qui fait les photos ce soir !

 

Vous avez dit chaleur ?

Alors n’oublions pas un détail capital : ici, il fait chaud, très chaud. A l’ombre on dépasse les 40°C, l’ombre est rare, alors venir faire trempette dans de l’eau toute aussi chaude, c’est bien mais le soir, au coucher du soleil.

Coucher de soleil sur les bains artésiens
Coucher de soleil sur les bains artésiens

C’est ce que semblent aussi faire les mineurs d’opale, en tout cas quelques-uns.

Et donc, il est facile de lier conversation, et d’écouter un mineur me parler de sa concession. Je profite avec un plaisir non dissimulé d’une série de remarques intéressantes sur la vie dans les mines aujourd’hui, lui il a sa propre mine et il mine tout seul ou presque, tout fier d’avoir acheté un bidon de 5000 litres et de l’avoir branché sur son toit pour récupérer l’eau juste la veille de la seule pluie du mois !

Ah bon faut pas jeter des cailloux ?
Ah bon faut pas jeter des cailloux ?

Bref, ce gars me fait partager sa vie ici, c’est vraiment génial. Et du coup, je vous raconte pas comment on a fait pour visiter une mine n’est ce pas ? Ah ah ah ! Pourtant je vous assure qu’au début c’était pas prévu comme ça, il faut juste savoir saisir les bonnes opportunités. Enfin bon, voilà les photos !

 

Lightning Ridge : visite dans une mine d'opale !
Lightning Ridge : visite dans une mine d’opale !
Lightning Ridge : dans une vraie mine
Lightning Ridge : dans une vraie mine

 

Le puits de mine vue de dehors
Le puits de mine vue de dehors
pareil, mais vu du fond
pareil, mais vu du fond

Et ensuite ?

Après, on n’en reste pas là ! On va reprendre maintenant la route vers le sud en direction de Sydney, avec un petit détour… Allez, je vous le dis d’avance : j’ai réussi à obtenir d’entrer dans le plus grand télescope de l’hémisphère sud. Je vous raconterai ça dès qu’on y est !

 

 

 

 

3 réactions au sujet de « Lightning Ridge : la mine d’opales où on est allés »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *