On rencontre un kangourou sauvage en visitant une mine d’OR

On rencontre un kangourou sauvage en visitant une mine d’OR

Article co-écrit par Eve et Chloé

On rencontre un kangourou sauvage en visitant une mine d’OR ! 😱

sentier Gold Mine
sentier vert Gold Mine

Mais où mettre les yeux ? C’est la question qu’on s’est posées quand on a visité la Mine d’Or. Vous voulez qu’on vous explique ? Comment ça, « non » ? Vous voulez juste le passage avec le kangourou ? Eh, commencez par lire le reste, on verra ensuite. Dans tous les cas, prenez un siège, installez vous confortablement, et préparez vous à un flux abondant d’informations cueillies fraîchement sur place. Vous êtes prêts ? Mesdames, messieurs, animaux, et, on ne sait jamais, enfants, voici en un article de mille et un mots ce que nous avons appris avec joie et bonne humeur at The Great Gold Mine.

Gold Mine entrance, Peak Hill
Gold Mine entrance, Peak Hill

Arrivées à destination, nous nous sommes quand même demandées si nous étions dans un lieu touristique ou bien un lieu touristique (si vous avez la bonne réponse, appelez vite au 3650 et tentez de gagner un camping-car Let’s go Motorhomes, fourni avec son essence et ses chaises de camping ! (appel de seulement 999,99 €/s)). Finalement, ce n’était pas exagéré. Des toilettes, des entrées gratuites, et pas de boutique souvenir aguicheuse. Avec le décor fort sympathique au regard, ils auraient pu se permettre d’installer une vente de cartes postales, mais non, pas ce coup là. Le seul prix à payer était celui d’avoir la bonne volonté de venir et donc de dépenser un peu de ce précieux diesel. Passons.
Deux chemins s’offrent à nous : /la vie, ou la mort./un vert, long et plat, et un jaune, ardu mais court. En tant qu’ados feignantes et bien grasses, nous avons bien sûr choisi le jaune, espérant perdre quelques milligrammes en faisant un minimum d’effort.. Non. C’est faux. On a pris le vert. Triste vie, n’est-ce pas ? Bref. Laissez moi flotter dans mon gras si j’ai envie, enfin !.. Comment ça je m’éloigne du sujet ? Écoutez, on m’a demandé de faire un article de mille mots, mais on ne m’a pas dit que je devais rester sur le sujet tout le long. De toute façon, vous n’avez aucune preuve, na.

Audrey sur le parcours vert
Audrey sur le parcours vert

RePrEnOnS, donc. Nous avançons quelques mètre, lançant nos derniers adieux à nos chers et précieux géniteurs, qui eux, ont pris le chemin jaune, à leurs risques et périls. /!\ SPOILER/!\ ils ont survécu. /!\SPOILER/!\ Quelques minutes plus tard, nous hésitons déjà à retourner en arrière, à moitié perdues. Mais à notre gauche, bienveillant, se dresse un majestueux toilette. Rassurée, Audrey s’élance vers ce dernier, l’étreignant de toute ses forces. « On va pouvoir survivre ! » avait-t-elle lancé. Bon, je vous arrête tout de suite, c’est bien évidemment faux. Oui, on croisé un toilette sauvage, mais quand même. Après, il fallait bien mettre un peu de fantaisie dans ce circuit monotone.
Après quelques centaines de mètres, nous apercevons un point de vue. Nous avons observé le paysage, satisfaites. Nous avions compris pourquoi les recherches d’or avaient étés terminées : au fond du cratère creusé par la main humaine (ou plutôt les machines, elles créées par des machines créées par des humains.), de l’eau repose, quiète. Ils avaient touché le fond, tout simplement. Après s’être exaltées, nous avons repris notre route, le sourire sur le visage, avec en tête l’espoir que ça soit déjà fini. Cruelle erreur, créations de la nature.. Nous n’avions fait que 10 % du parcours.

Gold Mine, Peak Hill
Gold Mine, Peak Hill

Nous avons marché, marché, et encore marché. Nos jambes, tremblantes, nous suppliaient de prendre une pause. Les bancs, eux, n’attendaient que nous. Mais non. On devait marcher. Encore et encore. Quitte à en mourir. Nous étions déterminées à finir ce parcours vert, en gardant le sourire jusqu’à la fin. Eve (donc moi en gros, hein.) pris la parole. Parole pleine de sagesse et de compréhension : « Ceux qui sont fatigués levez la main ! » À l’instant même où l’information leur monta au cerveau, elles levèrent la main, sans hésiter. Le sourire collé au visage, nous rîmes, fatiguées mais heureuses. Mais soudainement, une ombre passa devant nous, furtive. Un kangourou. Il s’arrêta quelques mètres plus loin, en dehors de la piste, dans la forêt bordante. J’eût le réflexe de le filmer.. Quelques secondes. Après avoir fixé l’objectif quelques instants, il s’était retourné puis enfui en sautant.
Finalement, on aura peut être pas fait toute cette marche sportive pour rien.

Gold Mine, Peak Hill
Gold Mine lookout, Peak Hill

Plus tard, on perdit le fil du chemin vert, mais on aperçut une pancarte du chemin jaune. On a donc suivi la fin du parcours jaune. En fin de compte, on avait retrouvé la route goudronnée, alors nous avons marché dessus pendant les dernières minutes. Nous avons retrouvé Oliv et Chrystel quelques secondes plus tard. Pour finir, nous avons mangés des cookies. Au revoir, les grammes perdus. Et au revoir à vous, lecteurs, car cette épopée lucrative est terminée. Oui. Je n’ai absolument plus rien à dire.

Mais il y a un problème. Ce chapitre ne fait pas mille mots.

 

Peak Hill mine
Peak Hill mine
Motorhome !
Motorhome !

Une réaction au sujet de « On rencontre un kangourou sauvage en visitant une mine d’OR »

Les commentaires sont clos.

Les commentaires sont clos.