Vous ne connaissez pas Bendigo ? C’est normal, même l’office de tourisme local n’en parle pas…

Vous ne connaissez pas Bendigo ? C’est normal, même l’office de tourisme local n’en parle pas…

Vous ne connaissez pas Bendigo ? C’est normal, même l’office de tourisme local n’en parle pas…
Et pourtant, on y a passé presque une journée entière, dans ce village fantôme, ancienne petite ville minière abandonnée au milieu de l’Otago.

En route pour l’Otago

sur la route de Bendigo (oui, là aussi c'est du gravier)
sur la route de Bendigo (oui, là aussi c’est du gravier)

On a passé deux nuits à Te Anau Downs, et puis on a filé, on en avait assez de l’usine à gogos. Et comme on aime bien les lieux qui ont un passé, on a tracé jusqu’à Bendigo. Au coeur de l’Otago, la plupart des gens vont normalement à Queenstown dépenser leur pécule en activités touristiques. Mais pas nous. J’avais dégoté sur un blog une info concernant une ville fantôme du nom de Bendigo. En se renseignant sur le sujet, j’ai vite compris que les offices du tourisme et autres points d’information n’en parlaient pas. Sur les cartes qu’on fournit aux touristes de passage, tout y est sauf Bendigo. Par contre il y a profusion d’autres trucs… payants !

Pour se rendre là-bas, on longe un joli lac, puis un autre, puis on arrive enfin à la grosse colline brûlée de soleil en haut de laquelle se trouvaient les mines d’or.

Bendigo, ville fantôme

Bendigo, ancienne ville de la ruée vers l’or, est bien sûr maintenant déserte. On se régale en découvrant des sentiers passant près de plusieurs puits de mine abandonnés (dont certains ne sont qu’à peine indiqués d’ailleurs), de vieilles maisons dont subsistent à peine quelques murs de pierres sèches, ici une charrette démantibulée, là un bout de tige d’acier rouillé dont on imagine qu’il faisait peut-être partie d’un matériel technique obsolète ?

En se promenant sous le soleil, j’imagine volontiers les gens qui ont tout quitté pour venir ici en quête d’un peu d’or. Il y a même les restes d’une école : en fait de ruines il n’y a plus que la cheminée. Les lieux sont loin de tout, et très secs. C’est vraiment un bel endroit, un peu inhospitalier de prime abord bien sûr, mais en regardant les détails c’est tout un monde oublié qui se déroule en silence.

Une petite brise ça fait du bien quand il fait chaud
Une petite brise ça fait du bien quand il fait chaud
les alentours de Bendigo
les alentours de Bendigo
Ambiance lugubre
Ambiance lugubre malgré un soleil de plomb
Trois aventurières visitent Bendigo
Trois aventurières visitent Bendigo
Ruines au soleil
Ruines au soleil, c’est devenu mon fond d’écran 😉

Alors forcément je ne peux pas m’empêcher de faire la comparaison avec une autre ville fantôme que j’ai visité en 2008 avec Chrystel et Seb, aux Etats-Unis. Bien entendu ça n’a rien à voir, ni le décor ni le contexte, mais dans les deux cas j’ai ce sentiment d’un grand « c’est dommage ». Mais le terme de ville-fantôme s’applique aux deux, alors qu’ils sont très différents.

J’ai du mal à exprimer à quel point ce genre d’endroit est passionnant. Pour la plupart des gens, c’est à peine intéressant. C’est mort, abandonné. Mais je trouve qu’il est vraiment exceptionnel et extraordinaire de pouvoir parcourir, à pied, les sentiers où les gens travaillaient, observer les collines et les creux qui étaient déjà là quand les mineurs et leurs familles habitaient ces lieux.

 

le paysage est époustouflant
le paysage est époustouflant
un puits de mine abandonné depuis bien longtemps
un puits de mine abandonné depuis bien longtemps
en famille devant une ruine
en famille dans cet endroit chargé d’histoire
ces collines qui abritaient le rêve de l'or
ces collines qui abritaient le rêve de l’or
on voit encore dans la roche les traces des roues de charriot, comme sur nos voies romaines
on voit encore dans la roche les traces des roues de chariot, comme sur nos voies romaines

Comme d’habitude, ces photos sont d’origine, et bien entendu aucune retouche.

Allez, on a assez cramé au soleil, en route pour l’hôtel de ce soir, au bord du lac Hawea !

 

4 réactions au sujet de « Vous ne connaissez pas Bendigo ? C’est normal, même l’office de tourisme local n’en parle pas… »

  1. S’asseoir, de préférence par terre, fermer les yeux, écouter attentivement et … miracle : entendre la vie quand le lieu était animé, les hommes, femmes et enfants qui vaquent à leurs occupations …
    C’est merveilleux, on entend tout !

  2. Bendigo is beautiful! Reminds me of eastern Washington State. The Cascade mtns split the state. In the west (where I live) it is very green and rains a lot, on the east side, it is dry, sunny, very warm in the summer, and beautiful like Bendigo.

Les commentaires sont clos.

Les commentaires sont clos.