M-Zone : la vraie vie (sauvage) dans l’Oural

M-Zone : la vraie vie (sauvage) dans l’Oural

Certains viennent à Molëbka pour y voir des OVNI. D’autres, pour y trouver des sources d’énergie positive (oui, il y a des endroits où on se sent bien, on en reparlera à peine plus bas).
Et puis il y a nous.

Molëbka
Molëbka : le village

Nous sommes venus ici pour rencontrer des gens, des « vrais » gens, pas juste des spécialistes du soutirage de billets aux touristes.

Molebka : vérifications moteur
Molebka : vérifications moteur

Nous sommes en compagnie de Valéry, Liena, et Zhenja (en vrai son nom c’est Евгений Клементьев) et de leurs fidèles véhicules. Dès le matin, au lever des corps, c’est à dire vers midi heure locale (le changement d’heure fait encore effet), ils sont en train de tout préparer. Valery supervise l’opération sur un moteur. Le véhicule est un ancien véhicule de type soviétique. C’est quasiment un camion ! Aujourd’hui, nous prendrons un modèle « GAZ66 » modifié en 4×4 avec des roues surdimensionnées. En effet, dans l’Oural, on a beau être en été, il a beau faire une température caniculaire, la forêt est grasse et humide. Le véhicule est surpuissant, équipé d’une boîte de vitesses spécialement adaptée, et bien sûr il y a 2 places devant et 6 derrière. En route !

 

Audrey et Chloé en M-Zone
Audrey et Chloé en M-Zone

C’est parti, on s’entasse. Liena nous suit avec un second 4×4, pour les provisions et quelques passagers supplémentaires qui sont là avec nous aujourd’hui. Premier arrêt : une croix qui domine la rivière et la forêt. Valery explique qu’il y a ici des énergies qui aident à se concentrer. Il nous montre un endroit mystique où, peut-être, des OVNI se poseraient; l’herbe y pousse de façon différente. Et également, là-bas, dans la forêt, une zone quasi-circulaire où les arbres refusent de pousser. Pourtant ici la forêt est naturelle : aucun bûcheron ou planteur de pins ne vient réguler l’installation des arbres… L’énergie locale, certainement.

Zhenja, Oliv et Valery
Zhenja, Oliv et Valery (52 ans, et au taquet !)

 

Mais il est temps d’aller visiter la forêt. Elle est majoritairement constituée de bouleaux blancs, de pins, et d’arbustes. Et de pièges à voitures ! C’est parti, à peine après 15 minutes de piste, pour notre (premier) bourbier et enlisage (enlisement ? enlisisme ? enlisation !!) pourtant je vous assure que Valery connaît bien sa machine et maîtrise le coin. Mais l’eau et la boue sont plus forts que le talent !

 

bloqués dans la boue
bloqués dans la boue

Heureusement, le second 4×4 peut nous aider (et nous aussi, avec quelques bras pour pousser). Et nous repartons aussi sec pour un autre « spot » d’énergie.

des insectes, plein d'insectes !
des insectes, plein d’insectes !

Alors personnellement je ne sais pas quoi vous dire sur cette fameuse énergie. En revanche, ce qui est certain, c’est qu’on se sent vraiment au bout du monde, tranquillement, sans personne ni rien qui vous stresse. La nature vierge pousse, tout autour de nous. A l’exception de Molëbka, le premier humain est à plus de 50km vers l’Est. Dans les autres directions, c’est encore plus loin. Ici, pas de ligne électrique, pas d’autoroute ou d’avions. Aucun bruit, à part les insectes. Ah oui, il faut que je vous en parle, des insectes !

Et cette fois, ce n’est pas pour parler cuisine. Ou alors dans l’autre sens, peut être : nous sommes une nourriture de choix, semble-t-il ! L’été, ici, les insectes prennent le contrôle du secteur. Donc, on s’arme de répulsifs, vêtements-filets, manches longues (et on a chaud !!), Liena a aussi une huile essentielle. Cette dernière, pour le coup, est réellement un joli petit échec au niveau de l’effet répulsif ! Donc, imaginez, il fait dans les 30°C à l’ombre (et on n’est pas forcément à l’ombre, hein), on est en polaire manche longues (parce que bibi il n’a pas pris de tshirt manches longues, pour limiter le poids du sac à dos, donc il met le seul truc long qu’il a à part le poncho), et donc on suinte sévèrement. Mais bon c’est ça ou la cible générale de l’entomo-armada aéroportée. Seb pourra témoigner de leur vigueur !

Vue imprenable sur nulle part
Vue imprenable sur nulle part

Dans ce secteur, mais un peu plus loin encore, on s’arrête à nouveau. Ici, explique Valery, il y a un cercle d’énergie. Il faut donc suivre un petit sentier, tracé à force de passage, dans les herbes et fleurs géantes qui poussent ici. Il faut faire trois tours, explique Valery.

Audrey vide ses bottes
Audrey vide ses bottes

Ma foi, allons-y. L’endroit est très joli, vraiment calme. Chacun marche à bonne distance des autres. L’effet est incroyable ! Bon, parfois, il faut savoir regarder où on marche, sinon on met le pied dans un trou de boue/eau (fondrière ? même pas : juste un peu d’eau stagnante qui attend cachée fourbement dans l’herbe)

Nous découvrons, au coeur de nulle part, un immense champ de blé. Oh, bien sûr, il est chétif, et ne pourrait au mieux que nourrir des animaux, mais il pousse ici, tout seul, naturellement ! Je demande à Valery si un quelconque fermier s’en occupe : peut être quelqu’un viendra le récolter. Pas sûr… La vue, en revanche, est tout simplement splendide ! Décor à couper le souffle : immensité vierge à portée de vue !

à bord du véhicule russe
à bord du véhicule russe

On reprend un peu l’aventure, toujours dans la taïga bien sûr. Il va être temps de faire un petit casse-croûte : Liena ne lésine pas sur la quantité ! Il est donc l’occasion de vous (re-) parler de la salade Olivier. Eh oui, on n’est pas tous les jours le héros de la salade ! En fait, il y a un certain temps, un cuisinier du nom d’Olivier s’est installé en Russie (à Moscou je crois, mais bon je n’ai pas vérifié), et il a lancé une salade. La salade Olivier. Et en fait, autant on trouve beaucoup des « Oliver » autour du monde, autant « Olivier » c’est un peu un prénom uniquement franco-français. Donc, dès qu’un russe entend mon prénom, il pense à la salade. Relire pour le clin d’oeil ce souvenir d’une nuit dans le train avec un grand amateur de vodka… Alors vous prenez cette fameuse salade, mais sans la mayo.

un petit thé ça fait du bien quand on a soif
un petit thé ça fait du bien quand on a soif

Et vous ajoutez du Kvas : c’est une boisson typiquement d’ici, un peu comme de la bière sans bulles ni alcool, ou du pain fermenté, je ne sais pas trop le décrire, mais c’est plutôt bon et c’est agréable à boire. Allez, autre parenthèse : le russe ne boit pas d’eau. Non, oubliez vos stéréotypes sur la vodka, je parle de boisson standard : ici personne ne boit d’eau. On boit du thé, toutes sortes de thés, du kvas, de la bière parfois, et plus rarement de la vodka : la consommation de vodka s’est réellement effondrée en Russie depuis qu’il est interdit de conduire avec de l’alcool dans le sang, et que les contrôles sont réels. Bref, à table, vous n’aurez pas d’eau. D’ailleurs, on ne boit pas pendant le repas la plupart du temps ; on boit avant et après. Mais dans la salade magique de Liena, il y a du kvas et donc ça devient une salade-soupe froide, ce qui est parfait avec cette chaleur.

Panorma : l'Oural et la taïga
Panorama : les collines de l’Oural et la taïga, et les herbes naturelles

Et là où ça devient top : Valery me propose de conduire le véhicule russe ! Alors le monsieur s’installe au volant et on est partis. Le contact se fait par un interrupteur sur le côté, au pied de la portière, pas sur le tableau de bord. Le démarreur rappelle le « bouton rouge » des anciennes 2 CV. Bien sûr, on démarre en seconde, puisqu’on est en 4×4 courte. Et c’est parti ! Tout l’art consiste à ne pas se prendre dans la prochaine fondrière. Mais ça passe plutôt bien, peut être qu’avoir bien observé Valéry aide aussi.

C’est une expérience très intéressante. Valery me fait confiance, c’est sympa, on se connaît tout juste ! Liena aussi me proposera de conduire ensuite. On aura une jolie frayeur dans un virage boueux avec un embourbage tout en étant penchés à 45°, mais pas de panique, une petite marche arrière en tournant le volant dans le bon sens, et tout va bien même si « Я очень жарко« . En tout cas on rigole bien dans l’Oural. Alors si vous aviez en tête d’immenses montagnes, regardez les photos : ici c’est plutôt des collines.

Conduire un véhicule russe en pleine taïga : insolite ?
Conduire un véhicule russe en pleine taïga : insolite ?
Conduite difficile

 

 

 

 

 

 

 

 

Dans le blé
Dans le blé
Eve aime la forêt ?
Eve aime la forêt ?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Et maintenant, on ouvre la piste à même la forêt : hache, tronçonneuse, on coupe et la route apparaît. Aujourd’hui, Valery baptise cette nouvelle voie « Oliver Street ». Hop, il est temps de se refaire un petit pique-nique : c’est qu’il fait faim, traverser la taïga ça creuse son homme. Vivement le bania ce soir, car là on transpire comme des sales, ça commence à sentir l’humain.

en 4x4 dans Oliver Street
Avec Valery, ouverture à la tronçonneuse de la « Oliver street » en pleine forêt Russe !
herbes hautes
dans les herbes hautes, très hautes

 

 

 

 

 

 

 

 

Souvenirs du Club Ted
Souvenirs du Club Ted… en Russie !!
un petit pique nique entre deux traversées de forêt
un petit pique nique entre deux traversées de forêt

 

Chrystel supervise les travaux de découpe depuis le haut d’un arbre ! Elle guide les hommes pour enlever les troncs et diriger vers les bons passages.

Chrystel dans l'arbre : on voit mieux les troncs à enlever d'en haut
Chrystel dans l’arbre : on voit mieux les troncs à enlever d’en haut

 

 

 

 

 

 

 

 

zone féminine
zone d’énergie féminine 
Chloé seule au monde (ou presque) en Russie
Chloé seule au monde (ou presque) en Russie

 

 

 

 

 

 

 

Nous arrivons maintenant dans un autre secteur. Là, nous explique Valery, il y a des arbres qui forment une zone d’énergie féminine. Seules femmes peuvent donc y aller. Il y a aussi, non loin d’ici, un autre lieu mystique : un arbre à voeux. Il faut se mettre contre l’arbre, et l’écouter transmettre notre voeu vers les étoiles. On dirait que ça marche bien.

Arbre mystique
Arbre mystique qui exauce les voeux

 

Mais le temps passe. Voilà déjà près de 8h que nous avons quitté la maison. Allez, on rentre, car il faut manger ! (non je n’exagère pas, on a mangé 5 fois ce jour là, en se levant à midi) : blinins à la soupe de fruits, fromage égrenné à l’ail confit, petites brioches pirojki à la viande et au chou, salades de légumes, boulettes de viande géantes (ici on appelle ça des cot’lett’), soupe bien sûr, betterave rouge râpée à la sauce crémeuse, etc. Un festin je vous dis !

Petite pause grignottage et kvas en chemin
Petite pause grignottage et kvas en chemin
Photo souvenir après l'ouverture de la voie. Quelle aventure !
Photo souvenir après l’ouverture de la voie. Quelle aventure !

 

 

 

 

 

 

 

 

retour d'enfants fatigués
retour d’enfants fatigués
C'est joli ici !
C’est joli ici !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Bref, on a de la chance. Ici, on sait recevoir, les gens sont chaleureux, partagent leurs expériences, et on mange vraiment bien. Et c’est un gourmet gourmand qui vous parle !

manger, c'est bon
manger, c’est bon en Russie

Mais attendez, car ça ne s’arrête pas, ce n’est pas fini ! Ce soir, on attend la nuit, et on va à la chasse au dahu aux OVNI !… Et c’est pas des salades !

 

 

 

 

 

 

4 réactions au sujet de « M-Zone : la vraie vie (sauvage) dans l’Oural »

  1. Alors concernant le moustique de l’Oural, prenez des aiguilles d’acupuncture mais au lieu de vous les enfoncer de qques millimètres, les moustiques vous empalent !! Je trouve que l’image est proche de la réalité.

    Sinon, si un jour, il y a possibilité de faire la moto neige sur la « Olivier street », ça serait cool!

    Après, je me souviens que l’on mangeait vraiment bien là-bas (soupir)

    Bonne suite!

Les commentaires sont clos.

Les commentaires sont clos.